Alexandre / 36 ans

"Un roman réussi, c’est un univers dans lequel tu débarques sans t'y attendre et qui te chope comme si c'était une deuxième vie ". Et l’amour alors ?

FAVICONtwodots100x100red  Une part de gâteau? Une chouquette? Une tranche de Pecorino?  Un verre de Morgon côte-du-Py? Vous êtes plutôt blanc? Un petit Condrieu? ou peut-être du saké? C’est possible!

Alexandre sait recevoir et il y en a pour tous les goûts... Sauf pour ceux qui aiment le café... ceux qui ont VRAIMENT besoin d'un café.
Mais son accueil est si généreux et attentionné qu'on lui pardonne déjà. A moitié. Notre hôte presque parfait nous recommande d'entrée de jeu une pièce de théâtre qu'il a vu la veille, "Encore une histoire d'amour" (Tiens?!) jouée à la Comédie des Champs Elysées. Serait-ce une fine tentative pour nous faire oublier le sacrilège de l'Arabica introuvable? Et bien ça marche! Pas besoin de caféine lorsque l'on parle avec Alexandre, il est passionnant.

Sa tasse n'est jamais pleine: il se décrit comme un « boulimique de culture ». Pourtant, on se rend vite compte que le terme est réducteur. Alexandre ne s’empiffre pas, il déguste. Ensuite, il digère: il dégage des problématiques pour en comprendre le sens et lorsqu'il évoque un vin, un bouquin ou une série, il connaît leur histoire. C'est avec un oeil de sociologue, sans s'écouter, sans être barbant, qu'il nous parle entre autre de haute couture, de « Buffy contre les vampires », du cinéma de Marcel Carné ou d'Orson Welles.

FAVICONtwodots100x100red  Avec précision, Alexandre aborde le sujet de la littérature, de l'univers envoûtant des auteurs latino-américains, de l'extravagance loufoque des britanniques, des questionnements existentiels des écrivains français du XIXème siècle. Il ne promène pas bovinement son oeil de gauche à droite, il ressent un plaisir physique dans la lecture, aime l’objet et ne jette jamais un livre.

Pas étonnant qu'il soit autant fasciné par le Japon, ce pays au raffinement lointain, aux rites multiples et au cérémonial réfléchi. Du manga au cinéma de Mizoguchi, il prend tout! Le tout en sirotant un bon verre de saké dans les règles de l’art : c’est tout naturellement dans un masu, récipient en bois nippon, que nous avons dégusté le délicieux liquide. Traditionnellement, le saké versé est censé déborder du contenant pour être recueilli dans une coupelle stratégiquement placée sous le masu. Mais bon, à 15h, la préservation de sa table basse a primé sur notre désir de conformité folklorique. Travail soigné. 10/10 pour la présentation.

FAVICONtwodots100x100red Restons dans les liquides. On s’y sent si bien. Si notre célibataire était un café, il serait plus gourmand que serré. Alexandre est un gourmet curieux, il adore les bonnes choses et goûte à tout (Ne le laissez jamais seul devant un buffet!). D'ailleurs, cet ancien adepte de boxe française a commencé par faire une école de cuisine avant de se lancer dans des études de Lettres, pour finalement se trouver professionnellement dans un Master d'Audiovisuel. Aujourd’hui, il est responsable Marketing et Communication dans un groupe de Telecom.

Vous êtes sous le charme? Rien ne vous ferait plus plaisir que de prendre un café avec lui? C'est très simple, contactez-le! Mais soyez prévenues, notre célibataire déteste avant tout la mesquinerie et l'avarice. Il préférera rester seul qu’être mal accompagné. Mais Monsieur ne communique pas qu'au bureau, il parlera de tout avec vous, de manière ouverte et tolérante. Et, on ne sait jamais, en cas de relation sérieuse, sachez aussi qu'il rêve d'être père depuis l'âge de 20 ans…

…Tiens, l'après-midi, est passé drôlement vite. Ce n’est plus l'heure du café. On reprendrait bien un peu de saké.

What else?


Contact

Le portrait d'Alexandre vous a plu?





Vous souhaitez contacter Alexandre? Remplissez le formulaire suivant:

Mots-Clefs
,